Forum d'échanges consacré aux découvertes avec Google Earth
 
PortailAccueilGoogle EarthS'enregistrerCarte des membresRechercherAccès aux bonus du forumConnexionFAQ
Venez en masse participer au sondage pour >>La plus belle image de DJN06<<

Partagez | 
 
 
 La France par ses timbres sous Google Earth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Ecole Nationale Vétérinaire Maisons-Alfort France   Mer 22 Oct 2008 - 21:22

Un timbre commémorant le bicentenaire de l'école nationale vétérinaire de Maisons-Alfort et les travaux de Gaston Ramon.

Ce timbre a été émis le 29 mai 1967 et retiré de la vente le 24 février 1968. Il y a eu 13,16 millions d´exemplaires produits.

Il a été dessiné et gravé par Claude Haley et scanné par Alberto Baldaccin.



48°48'46.53"N 2°25'29.11"E



L'Ecole d'Alfort est la plus ancienne école vétérinaire située sur son site d'origine. Elle fût créée par Claude Bourgelat en 1766. De grands noms de la recherche biologique et médicale y ont travaillé et fait de nombreuses découvertes. Lire la suite

Une photo source : http://www.vet-alfort.fr/presentation/historique/index.html



Cette école renferme le musée Fragonard

http://musee.vet-alfort.fr/Site_Fr/index2.htm

Gaston Ramon vétérinaire et biologiste français, né à Bellechaume (Yonne, France), le 30/09/1886. Son père est boulanger. Lire la suite

Une photo de Gaston Ramon http://www.pasteur.fr/infosci/archives/ram0.html



Revenir en haut Aller en bas
sebadive
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur


Masculin Vierge Nombre de messages 7443
Age 35
Localisation Eaubonne (val d'oise)

MessageSujet: Re: La France par ses timbres sous Google Earth   Mer 22 Oct 2008 - 21:42

Je me souviens de ce musée, il a 5 ans (au moment de la canicule) j'avais vu un reportage aux infos au sujet des soucis rencontrer lors de cette période ( avec surtout les craintes de dégât du a la chaleur ).

Il faut pas avoir manger comme un goret avant d'aller voir ce musée. J'imagine pas la rencontre avec le groupe de foetus humains dansant la gigue.
Revenir en haut Aller en bas
sebadive
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur


Masculin Vierge Nombre de messages 7443
Age 35
Localisation Eaubonne (val d'oise)

MessageSujet: Abbatiale D'Ottmarsheim. Haut-Rhin. Alsace.   Jeu 23 Oct 2008 - 21:17

Timbre : Gravure et dessin par Claude Andreotto (1949). Il est mis en vente du 12 juin 2000 au 9 février 2001. Emis à 10 852 927 exemplaires.

La construction de l'abbaye est le fait de Rodolphe D'Attenbourg, qui en 1030 fit construire l'édifice. Sa consacration remonte à 1049. Elle est de style romane. Les tourments de l'histoire et 2 incendies ( au 13éme et 15éme siècle ) altére son architecture originale. Elle a été restauré suite un nouveau incendie ( en 1991 ).

Voici un LIEN sur le site de la commune, qui dispose de bon document sur le monument.



47°47'15.29"N 7° 30'27.39"E


source image : wikipédia.


Dernière édition par sebadive le Mar 18 Nov 2008 - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Château de Bonaguil, Périgord et Quercy, France   Ven 24 Oct 2008 - 21:52

Un timbre sur le château de Bonaguil, sorti le 12 juillet 1976, retiré le 17 novembre 1978, dessiné et gravé par Claude Durrens.



44°32'16"N 01°00'50"E



Sur Géoportail
Image Photo..



Image Carte



Le château de Bonaguil est un des derniers châteaux forts construits. Il est bâti sur un éperon calcaire qui domine d'une trentaine de mètres le confluent de deux étroites vallées. Il détient la particularité de ne pas être sur une position stratégique : le château ne défend ni une ville, le passage d'un fleuve, une vallée importante ou une route commerciale.

Son érection débute au XIIIe siècle, puis il est entièrement repris à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle par le baron Bérenger de Roquefeuil qui lui ajoute tous les perfectionnements défensifs du Moyen Âge finissant. Merveille d’architecture militaire s'étendant sur 7500 m², véritable catalogue de la fortification depuis le XIIIe jusqu'au XVe siècle, il intègre à partir de 1480 les derniers perfectionnements de la défense au moyen de l’artillerie tant pour utiliser celle-ci que pour s'en prémunir : formidable barbacane couvrant l'accès au château, canonnières par dizaines tant dans les tours que dans les courtines, chambres de tir casematées (« voûtées ») à l'abri des boulets adverses et permettant des feux bas et rasants, « moineau » casematé interdisant toute circulation au fond du grand fossé, terrasses d'artillerie étagées au pied du corps de place qui, constituent autant d'enceintes successives à forcer, aménagement à des fins défensives d'une grotte naturelle située sous l'éperon rocheux, etc.

À son achèvement vers 1510, il apparaît cependant obsolète dans son corset de pierre austère et guerrier. En effet, à cette époque du début de la Renaissance, les grandes familles nobles ainsi que le roi et ses proches commencent à construire les premiers châteaux de la Loire et dans tout le royaume, de nombreuses forteresses médiévales de la petite et moyenne aristocratie, même si elles conservent quelques dispositifs défensifs, sont peu à peu transformées en résidences d'agrément par abattage d'une partie des tours et des courtines afin de les ouvrir sur la lumière et la campagne.

Hormis la perte de ses charpentes pendant la Révolution Française, le château de Bonaguil est aujourd'hui dans un état de conservation remarquable. Il n'eut jamais à subir d'attaque et fut habité jusqu'à la Révolution. Lire la suite

Vous pouvez aussi consulter le site du château : http://www.bonaguil.org/index.html

Une photo source Wiki



Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Basilique Saint Nicolas de Port France   Sam 25 Oct 2008 - 23:27



Un timbre sur la Basilique de Saint Nicolas de Port en Meurthe et Moselle à environ 20 KM de Nancy.

Ce timbre est sorti 12 octobre 1974, retiré le 4 août 1978.

C'est un timbre au Format : 21,45x36 mm Dentelure : 13

Une information sur les dentelures

Perforation permettant la séparation facile des timbres entre eux. Deux timbres identiques peuvent avoir des dentelures différentes, donc des cotes différentes.
La dentelure est un chiffre qui indique le nombre de dents tous les 2 centimètres. Une dentelure 13 veut dire que le timbre comporte 13 dents tous les 2 cm.
Certains timbres ont des dentelures différentes sur les bords horizontaux et verticaux, dans ce cas le 1er chiffre indique la dentelure horizontale, le second la verticale.

Source : http://www.phil-ouest.com/Lexique.php?MotCle=dentelure

Ce timbre a été dessiné et gravé par René Quillivic qui fut académicien des beaux arts.



48°37'53.81"N 6°18'14.36"E



Pas de I Bleu pour cet édifice !!!!!

La zone n'étant pas en HD, une image photo sur Géoportail



Un peu d'Histoire pour s'informer sur ST NICOLAS



Saint Nicolas est né en 255 à Patare, ville située au sud-ouest de l'Asie Mineure, à une période où la religion chrétienne est clandestine. Jeune homme orphelin et fortuné, il décide de consacrer sa vie à lutter contre la misère. Devenu évêque de Myre, ville située dans l'actuelle Turquie, il se distingue par sa grande générosité et son humanisme. Ainsi de son vivant de même qu'après sa mort survenue le 6 décembre 334, on lui attribue de nombreux miracles, dont il nous reste aujourd'hui une légende.

Les trois enfants et le boucher :

Trois petits enfants égarés se réfugient chez un boucher. Après les avoir fait dîner, il les coupe en petits morceaux et les jette dans le saloir.

Sept ans plus tard, Saint Nicolas demande à goûter ce salé. Le boucher prend peur et s'enfuit. Saint Nicolas s'approche alors du saloir et en fait sortir les enfants comme s'ils venaient de s'éveiller.

Saint Nicolas est aujourd'hui le patron de la Lorraine, des écoliers et des navigateurs. Sa popularité est l'occasion de diverses manifestations lui rendant hommage. La Saint-Nicolas d'été (Pentecôte) est une fête religieuse, elle symbolise le retour du corps de l'évêque de Myre à Bari, en Italie, mais c'est aussi une fête païenne puisque forains et marchands ambulants y participent.

La Saint-Nicolas d'hiver est célébrée le samedi le plus proche du 6 décembre, date anniversaire de la mort du Saint Homme. Après le défilé des chars et des fanfares, une cérémonie religieuse a lieu à la basilique.


Source : http://www.saintnicolasdeport.com/basilic_perso.htm

La Basilique

Vers 1090, un Lorrain, Charles Aubert dit de Varangéville, rapporte de Bari une relique de Saint Nicolas (sa « dextre bénissante » qui justifie en 1101 la construction d'une première église. Après la victoire de 1477, l'accueil des pélerins toujours plus nombreux, suscite alors la création d'une « grande église », laquelle est aussi le témoignage de reconnaissance du duc René II.

C'est ainsi qu'en 1481, commence la construction de la Basilique, qui sera consacrée en 1560. Dés lors, ducs et personnages célèbres de Lorraine, princes et rois de France se succèdent pour demander la protection de Saint Nicolas.

La Basilique subit d'importantes dégradations au cours du XVII ème siècle alors que la ville perd de son importance commerciale. Elle est restaurée peu à peu mais la Révolution française et les bombardements de 1940 achèvent de détériorer l'édifice. Pie XII la consacre basilique en 1950.

A son décés en mars 1980, Camille Croué Friedman, Portoise d'origine, émigrée au Etats-Unis, lègue à l'Evêché une somme fabuleuse qui permet de lancer un fantastique chantier de restauration de la Basilique.

L'édifice est exceptionnel par l'unité de son architecture. Il se caractérise par une grande sobriété de style et surtout une déviation de la nef, due à de mauvaises évaluations de la composition du sol. Son plan de type basilical, en forme de croix latine, ainsi que sa façade occidentale, lui confère une harmonie et en font un des édifices gothiques flamboyants le plus majestueux de Lorraine et sans doute le plus homogène d'Europe.

Le trésor est composé de plusieurs pièces inestimables, dont le Bras reliquaire de Saint Nicolas en vermeil, or et argent.

Même source

Vers mes dix ans mes parents m'ont amené visiter cette basilique avec la Citroen deux chevaux de 1957 (celle avec la bâche qui descend jusqu'en bas).

A l'intérieur de la basilique il y a un Carreau qui représente un pied où on peut faire un voeu. Je n'ai pas trouvé d'image pour ce carreau.

Quelques photos sur cette basilique



Source : http://www.saintnicolasdeport.com/basilic_perso.htm

La nef source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_de_Saint-Nicolas-de-Port



Les orgues source : http://frederic.chapelet.free.fr/stndp.htm



2 photos source : http://www.ciao.fr/La_basilique_de_Saint_Nicolas_de_Port_Nancy__866623

La Statue de ST Nicolas



Les vitraux de même source



Allez visiter ce site il y a de très belles photos http://michele-gabriel.chez-alice.fr/pge64.html

Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Chapelle Notre-Dame du Haut Ronchamp (Haute Saône) France   Dim 26 Oct 2008 - 13:41



Un timbre représentant la chapelle Notre-Dame du Haut à Ronchamp.

Il a été mis en vente le 8 février 1965, retiré le 27 avril 1968, et émis à 64 millions d´exemplaires.

Il a été dessiné et gravé par Jacques Combet.



Ce timbre a un jumeau à une autre valeur, émis le 8 février 1964 et retiré le 27 avril 1968.
Il a aussi été dessiné et gravé par Jacques Combet.



47°42'15.73"N 6°37'14.79"E



La zone n'étant pas en HD, alors sur Géoportail



La Chapelle Notre-Dame-du-Haut a été construite sur la colline de Bourlémont à Ronchamp en Haute-Saône par l'architecte franco-suisse Le Corbusier. Commencée en 1950 elle fut terminée en 1955. La chapelle est consacrée le 25 juin 1955 par l’Archevêque de Besançon.

La chapelle est construite sur les ruines d'un sanctuaire datant du Moyen Âge, définitivement détruit par des bombardements en septembre 1944, bien qu'il eût subi au cours des siècles de nombreux dégâts causés par les orages et les guerres. Ce sanctuaire chrétien connaît chaque 8 septembre un important pèlerinage pour célébrer la nativité de la sainte Vierge.

Après la fin de la guerre, les habitants de la région de Ronchamp et la Commission d'art sacré de Besançon, décidèrent de la reconstruction de la chapelle et firent appel au célèbre architecte, alors plutôt connu pour être l'inventeur de l'Unité d'habitation, comme solution aux problèmes de logements de l'après-guerre. Cependant les premiers contacts entre les religieux et l'architecte furent plutôt rugueux car ce dernier n'était pas très porté sur la foi ; protestant d'origine, il disait avoir des ancêtres cathares, mais se déclarait athée.


À 63 ans, Le Corbusier se lance cependant dans l'aventure de la reconstruction de la chapelle Notre Dame du Haut à Ronchamp. C'était son premier projet d'un bâtiment cultuel, bien qu'il eût travaillé en 1929 sur les plans de l'église de Tremblay-lès-Gonesses. Lyrique sur la beauté du site, il a dit : « Je n'avais rien fait de religieux, mais quand je me suis trouvé devant ces quatre horizons, je n'ai pu hésiter ».

L'architecture fine et tout en rondeur de la chapelle est surprenante pour ceux qui voyaient en Le Corbusier, un architecte de mastodontes en béton, ne jurant que par l'angle droit. La chapelle est pleine de contradictions architecturales, à la fois carrée et ronde, élancée et trapue, basse et haute. Selon Christophe Cousin, le directeur du Musée d'art et d'histoire de Belfort : « Elle a un plan très simple mais quand on est sur place, ce n'est pas du tout évident ». Vaste et ouverte sur l'extérieur, elle devient, le seuil franchi, un tout petit lieu de recueillement. Avec le blanc éclatant de ses murs, elle semble illustrer le grand principe de son architecte, pour lequel « l'émotion architecturale, c'est le jeu savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière. »

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Notre_Dame_de_Ronchamp

Une photo de la chapelle en construction : http://www.chapellederonchamp.fr/lieu.html



Deux autres photos source : http://figure-ground.com/ronchamp/

Allez visiter ce site il y a d'autres photos.



Une photo de l'intérieur même source



Revenir en haut Aller en bas
sebadive
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur


Masculin Vierge Nombre de messages 7443
Age 35
Localisation Eaubonne (val d'oise)

MessageSujet: Re: La France par ses timbres sous Google Earth   Mar 28 Oct 2008 - 20:44

Je trouve la Basilique Saint Nicolas de Port très belle.

étant chez moi toute la journée de Vendredi, je mettrais mes timbres sur la Bretagne en l'honneur du retour de Micro.
Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Quimper La rue Kéréon et la cathédrale St Corentin France   Mar 28 Oct 2008 - 22:06

sebadive a écrit:

étant chez moi toute la journée de Vendredi, je mettrai mes timbres sur la Bretagne en l'honneur du retour de Micro.
Bonne idée Sebadive, je vais peut être te couper l'herbe sous le pied pour ce timbre.

Un timbre représentant la rue Kéréon et la cathédrale St Corentin de Quimper, émis le 14 juin 1954, retiré de la vente le 10 mars 1956, il a été émis à 19.468.000 exemplaires.

Dessiné et gravé par Henry Cheffer



L'image GE n'est pas en HD, 47°59'47.83"N 4°06'20.37"W



Sur Géoportail



La cathédrale Saint‑Corentin à Quimper fut édifiée sur un ancien sanctuaire roman, l'église Notre‑Dame (XIe siècle). Elle est une des trois plus anciennes cathédrales gothiques de Bretagne, avec celles de Saint-Pol-de-Léon et de Tréguier.

Sa construction est décidée en 1239 par l'évêque Rainaud, chancelier de Pierre de Dreux, duc de Bretagne. Elle avance d'abord relativement vite mais les travaux furent bientôt ralentis par des difficultés techniques, financières et politiques : le XIVe siècle est marqué par la guerre de succession et leur cortège d'épidémies. Le chœur, consacré en 1287, est achevé vers 1300, mais n'est complètement voûté qu'en 1410, sous le règne de Jean V.

La première pierre de la façade est posée en 1424, mais le chantier devait durer vingt‑huit ans (portail Sainte‑Catherine). Les voûtes de la nef ne sont complètement posées qu'entre 1486 et 1493.

Sous la Révolution, la cathédrale est transformée en temple de la Raison. Mobilier, objets sacrés et statues sont brûlées. Le bâtiment n'est rendu à sa vocation religieuse qu'avec le Concordat. Les travaux reprennent : c'est à ce moment que sont taillés les garde-corps des galeries hautes de la nef. L'un des évêques du XIXe siècle, Mgr Graveran, décide de reprendre le projet des flèches, ébauché par Claude de Rohan. Il impose aux fidèles une contribution d'un sou annuel, et ce durant cinq ans, pour financer les travaux. À l'intérieur de la cathédrale, on « reconstitue » une atmosphère médiévale, quitte à supprimer des retables. Yan Dargent est alors embauché pour orner les murs des chapelles. Enfin, ce n'est qu'en 1854 que les flèches sont dressées par Joseph Bigot, architecte du château de Kériolet. À noter entre celles-ci, une statue équestre de Gradlon, qui aurait été couronné roi de Cornouaille en 388.
source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Corentin_de_Quimper

Une photo d'un site où vous pouvez en visionner d'autres.

http://photoenligne2.free.fr/Finistere/Quimper/Cathedrale/Cathedrale.html





PS : Sebadive si tu veux rajouter d'autres précisions ne te gène pas
Revenir en haut Aller en bas
sebadive
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur


Masculin Vierge Nombre de messages 7443
Age 35
Localisation Eaubonne (val d'oise)

MessageSujet: Re: La France par ses timbres sous Google Earth   Mar 28 Oct 2008 - 23:12

Effectivement, après vérification, j'ai ce timbre. Very Happy

Par contre pour Quimper, je n'ai pas d'autres précisions à rajouter, je le trouve très bien comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: L'Usine marémotrice de la Rance Ille et Vilaine France   Jeu 30 Oct 2008 - 22:04



Un timbre mis en vente le 5 décembre 1966, retiré le 14 octobre 1967, dessiné et gravé par Claude Haley.

Il a été émis à 7,61 millions d´exemplaires.



Le Stemple (tampon) de l'enveloppe premier jour.



Source : http://www.phil-ouest.com/Timbre.php?Nom_timbre=Rance_1507

48°37'05.33"N 2°01'24.90"W



L'idée de l'aménagement d'une usine marémotrice dans l'estuaire de la Rance fut initiée par G.BOISNOER en 1921 lors d'uni étude remarquable sur l'utilisation de l'énergie des marées. L'auteur recommande un lieu particulier : "En attendant que les conditions économiques aient rendu nécessaires l'utilisation des faibles marées, de celle de La Rochelle et de Brest, c'est par la région de St-Malo qu'il faut commencer et dans cette région, c'est la Rance qui, en raison des conditions exceptionnelles dans lesquelles elle se présente, est tout indiquée pour être la première grande usine marémotrice.". Le projet de la Rance posait deux problèmes principaux, non indépendants d'ailleurs, le ou les cycles de fonctionnement et les caractéristiques des groupes et leur protection contre la corrosion de l'eau de mer. Assez rapidement, les groupes bulbes furent adoptés et E.D.F. commanda en 1955 quatre groupes expérimentaux de ce type à installer dans les centrales hydroélectriques d'Argentat , Cambayrac et Beaumont-Monteux puis sans attendre la mise en service de ces groupes et avec l'appui du Ministère des Travaux Publics, E.D.F. décida d'installer un groupe bulbe aux caractéristiques à celles projetées pour la Rance dans une écluse désaffectée de St-Malo. Ce groupe fat mis en service en 1959 et les enseignements qui en furent tirés furent d'un grand poids dans la décision des pouvoirs publics approuvant le projet présenté par E.D.F. pour l'aménagement de la Rance. Les premiers chantiers furent ouverts début 1961 et en juillet 1963 la rance était coupée. L'usine fat inaugurée par le Général De Gaulle, Président de la république en 1966 et le 24ème groupe était en service le 4 décembre 1967.

Source : http://membres.multimania.fr/larance/

Les 3 photos suivantes sont de même source

Une photo d'ensemble de l'ouvrage



Une image de l'implantation de l'ouvrage



Une photo de l'intérieur de l'usine



Une photo du barrage en construction source : ICI

Allez consulter ce site d'autres photos sur la construction de l'usine marémotrice de la Rance vous attendent.



Revenir en haut Aller en bas
sebadive
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur


Masculin Vierge Nombre de messages 7443
Age 35
Localisation Eaubonne (val d'oise)

MessageSujet: Saint-Malo. Bombardement 1944. Ille et Vilaine.   Ven 31 Oct 2008 - 11:09

Timbre : La gravure et le Dessin sont de Pierre Munier. Il est en vente du 5 novembre 1945 au 9 mars 1946. Il est émis à 3,2 millions de séries. (Phil-Ouest)



48°38'47.35"N 2°00'52.93"W


Le mercredi 2 août 1944 des bruits alarmistes circulent et prédisent que les allemands veulent dynamiter les écluses
et les quais. Le lendemain 3 août le Colonel Andréas Von Aulock Commandant la forteresse donne ordre à ses troupes de résister jusqu'
aux ultimes limites.

Le vendredi 4 août les américains approchent de Saint-Malo mais les troupes allemandes sont décidées à résister.
Le tambour de la ville annonce l'ordre du Colonel Von Aulock d'évacuer immédiatement toute la population. Déjà au loin les canons retentissent et de nombreux passages d’avions interviennent.
Dans la nuit du samedi 5 août des rafales de mitrailleuses, des coups de révolvers et de fusils claquent.
Ce sont les résistants qui ont attaqués l'ennemi. Au terme de cette escarmouche l'un des clochetons de la Cathédrale est abattu.
Le dimanche 6 août, après l'échauffourée du samedi, les allemands exigent,l'évacuation totale et immédiate
de l'ensemble de la
population qui, en partie, souhaite rester dans les abris. A 11 heures les premiers obus

américains explosent en faisant un bruit
effroyable, dans le quartier de la poste. Vers les 14 heures, la Cathédrale est, par le tir provenant du bateau dragueur de mines
n° 6 de la 24.MsFl, décapitée de son clocher qui tombe sur la Chapelle du Sacré-Cœur. Les allemands l'on abattu. Il servait , soi-disant, de repère à des tireurs pour atteindre le Grand Bé.


( pour lire la suite du document cliquer sur ce lien : http://www.carphaz.com/album_1944/index.htm ).


Je voulais mettre une image de la vue aérienne de la ville, mais je n'ai pas trouvé. Si vous connaissez un site très complet sur cette période de la Guerre, vous pouvez bien sur le faire découvrir.


Dernière édition par sebadive le Mar 18 Nov 2008 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Tricentenaire des Gobelins, Paris, France   Sam 1 Nov 2008 - 13:27

Un timbre célébrant le tricentenaire de la tapisserie des Gobelins.

Ce timbre a été mis en vente le 28 mai 1962 et retiré le 17 novembre 1962.

Il a été émis à 6,05 millions d´exemplaires et Dessiné et gravé par Claude Hertenberger.




Un autre timbre que je ne possède pas commémore la tapisserie des Gobelins

Il a été mis en vente le 18 novembre 1974, retiré le 19 décembre 1975, et fait partie de la série artistique Arphila 75.
Il a été émis à 5,95 millions d´exemplaires et dessiné par Pierre Forget.



Source Phil-Ouest

48°50'05.27"N 2°21'10.07"E



La manufacture des Gobelins est une manufacture de tapisserie dont l'entrée est située au 42 avenue des Gobelins à Paris dans le XIIIe arrondissement.

La première mention d'un Gobelin date du mois d'août 1443, quand Jehan Gobelin, vraisemblablement originaire de Reims d'une famille qui paradoxalement ne fabriqua aucune tenture, prit à loyer une maison rue Mouffetard à l'enseigne du cygne et quatre ans plus tard établit sur les bords de la Bièvre, coulant en ce temps là à ciel ouvert, un atelier de teinture. Jehan Gobelin était donc, vers le milieu du XVe siècle, un teinturier de laine réputé pour ses rouges à l'écarlate, installé prés d'un moulin sur la Bièvre, dans le faubourg Saint-Marcel, que l'on baptisa « Moulin des Gobelins » en raison de l'importance de sa descendance; alliée aux Le Peultre et aux Canaye, celle-ci continua pendant un siècle et demi à y perfectionner l'industrie tinctoriale à tel point que la réputation des Gobelins éclipsa dès lors celle des autres teinturiers, au point que la rivière et le quartier prirent leur nom dès le XVIe siècle.

En avril 1601, la tapisserie façon de Flandres fait son apparition lorsqu'Henri IV fait installer dans « une grande maison ou antiennement se faisoit teinture » Marc de Comans et François de la Planche, tapissiers flamands associés depuis le 29 janvier 1601. En 1629, Charles de Comans - ou Coomans - et Raphaël de la Planche - Van den Plancken - succèdent à leurs pères. Après leur démission, le roi Louis XIII leur donne la permission d'exercer séparément leur monopole le 30 juillet 1633 et Charles reste à la tête des Gobelins - suivi par ses frères Alexandre (début 1635) et Hippolyte (en 1651) - tandis que Raphaël part s'installer dans le faubourg Saint Germain.

Appréciant la qualité des productions de l'enclos des Gobelins, Colbert réussit à convaincre Louis XIV de donner les moyens nécessaires au lustre censé glorifier la monarchie. Voulant donner une toute autre organisation à l'œuvre d'Henri IV, il ne renouvelle pas à Hippolyte de Comans la concession en 1661 : il emprunte afin d'acheter le 6 juin 1662, à l'emplacement de l'ancien Clos Eudes de Saint Merry, l'hôtel des Gobelins (environ 3,5 hectares, maintes fois agrandi jusqu'en 1668) et regrouper autour tous les ateliers parisiens ainsi que celui créé à Maincy par Nicolas Fouquet. Ainsi nait la Manufacture royale des Gobelins qui dépend du surintendant des bâtiments et est soumise par lui à l'autorité du premier peintre du Roi, Charles Le Brun, lequel, nommé officiellement en 1663, a par la suite sous ses ordres des équipes entières d'artistes « bons peintres, maîtres tapissiers en haute lisse, orfèvres, fondeurs, graveurs lapidaires et ébénistes… » Il cumule donc la direction de la Manufacture des Meubles de la Couronne.

La suite ICI

Une photo de la façade source :

http://www.connaissancedesarts.com/architecture-patrimoine/portfolio/images/les-gobelins.html



Sur ce site il y a d'autres photos à voir


Dernière édition par marsup le Mar 11 Nov 2008 - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Pont de Bordeaux France   Sam 1 Nov 2008 - 14:35

Un timbre sur le Pont de Bordeaux ou Pont d'Aquitaine

Ce timbre a été émis le 8 juin 1967 et retiré de la vente le 17 février 1968.

Il a été dessiné et gravé par Jacques Combet.



L'enveloppe premier jour source1 : http://www.sainte-eulalie.com/pont-aquitaine.html



44°52'47.54"N 0°32'11.53W



De Source 1
Le pont d'Aquitaine est situé sur la commune de Lormont. La colline qui porte le château, au nord du vieux bourg, sert d'assise à l'enjambée du pont d'Aquitaine. Sa première pierre a été posée le 20 mai 1960.

D'une longueur de 1589.95 mètres, sont tablier est à 53 mètres au dessus du fleuve (pour permettre le passage des bateaux) et ses piliers culminent à 103 mètres.

Le pont d'Aquitaine a été inauguré le 6 mai 1967. Ce pont assure la traversée nord de la rocade, il n'est pas à péage. Son importance est considérable car il assure non seulement la desserte locale mais le trafic national et international sur l'axe européen nord-sud. Ce pont, que l'on a appelé au début le "Grand Pont" subit actuellement de grands travaux de rénovation et d'élargissement à deux fois trois voies pour absorber l'augmentation du trafic routier.

Deux photos de Source 2 : http://www.gironde.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=1

En Noir et Blanc


En construction


Une autre photo du pont source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_d%27Aquitaine



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La France par ses timbres sous Google Earth   Sam 1 Nov 2008 - 18:33

Très joli sujet, magnifiques timbres et photos jointes.Chaque historique et commentaire très intéressants bref, merci à vous marsup et sebadive de nous faire voyager à travers la France de cette manière là.
Revenir en haut Aller en bas
marsup
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur


Masculin Sagittaire Nombre de messages 4782
Age 62
Localisation France Alsace

MessageSujet: Re: La France par ses timbres sous Google Earth   Sam 1 Nov 2008 - 19:44

Sirius-A a écrit:
Très joli sujet, magnifiques timbres et photos jointes.Chaque historique et commentaire très intéressants bref, merci à vous marsup et sebadive de nous faire voyager à travers la France de cette manière là.

Laughing Merci Sirius-A pour ces compliments.

Mais n'aurais tu pas quelque timbres de France ou d'ailleurs à nous faire partager.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La France par ses timbres sous Google Earth   Aujourd'hui à 7:03

Revenir en haut Aller en bas
 
La France par ses timbres sous Google Earth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 
 
 
Page 5 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur Google Earth :: Google Earth :: Sujets thématiques :: Divers-
 
 
Sauter vers: