Forum d'échanges consacré aux découvertes avec Google Earth/Maps
 
PortailAccueilGoogle EarthS'enregistrerCarte des membresRechercherAccès aux bonus du forumConnexionFAQ

Partagez | 
 
 
 A la découverte des mémoriaux et cimetières militaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Le Mémorial Sud-Africain Longueval Somme   Mer 12 Oct 2011 - 10:53

Mémorial national Sud-Africain de Longueval Somme
50°01'34.23''N 2°48'40.35''E


Street-View


En face du Mémorial le Deville Wood cemetery



Mémorial et Musée Sud-Africains

A Longueval, dans le Bois Delville, ou "Bois du Diable", un mémorial et un musée sont consacrés aux soldats sud-africains ayant combattu dans la Somme en 1916...

À Longueval, le musée et le mémorial national Sud-Africains rendent hommage aux soldats sud-africains qui connurent leur baptême du feu dans le Bois Delville, rebaptisé “Devil’s Wood” (Bois du Diable). Sur les 3 200 hommes qui participèrent à l’attaque du 15 juillet 1916, seuls 143 revinrent indemnes 5 jours plus tard.
Le mémorial national, inauguré en 1926, se situe à l'extrémité d'une avenue bordée de chênes dont les glands provenaient d'Afrique du Sud. L'arche du monument est surmontée d'une statue en bronze représentant Castor et Pollux retenant une même monture, symbole de tous les peuples d'Afrique du Sud.
Le musée national situé en arrière du monument, bâti autour de la Croix
de la Consécration et inauguré en 1986, est une réplique du Fort du Cap. Il commémore la contribution sud-africaine durant la Première Guerre Mondiale (sur le front occidental et dans les colonies allemandes en Afrique), durant la Seconde Guerre mondiale, pendant le Blocus de Berlin (1948-1949) et durant la Guerre de Corée (1950-1953).

Lien:ici

panoramio



panoramio



Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 18:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
patrice
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Capricorne Nombre de messages 4017
Age 62
Localisation Ciboure

MessageSujet: Re: A la découverte des mémoriaux et cimetières militaires   Mer 12 Oct 2011 - 10:57

toujours excellents ces reportages que Willy nous propose

un grand merci
Revenir en haut Aller en bas
ivanovitch
Administrateur de TSGE
Administrateur de TSGE
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 19162
Age 48
Localisation Savoie
Humeur Voyageuse

MessageSujet: Kourgane Mamaïev - Colline Mamaïev de Volgograd / Stalingrad 360 cities - Russie - URSS   Mer 12 Oct 2011 - 16:00

Colline Mamaïev de Volgograd / Stalingrad






LE tournant de la seconde guerre mondiale. Une boucherie comme jamais atteinte dans les anales humaines....






Arrow 48°44'31.35"N 44°32'19.91"E









Скульптура «Родина-мать зовёт!» The sculpture «Rodina-mat zovet!» in Russia



Le mémorial, avec les noms de ceux qui furent identifiés :


Волгоград,Мамаев курган - зал воинской славы in Russia


Quelques infos en plus par Pierre >> ici <<.


...


                      
Répondre "je n'ai rien à cacher" en matière de vie privée revient à affirmer : "je me moque de la liberté d'expression parce que je n'ai rien à dire" ou "je me moque de la liberté de la presse parce que je n'ai rien à écrire". EDWARD SNOWDEN.
Revenir en haut Aller en bas
http://bbs.keyhole.com/ubb/dosearch.php?Cat=&amp;amp;amp;For
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Nécropole Allemande de Bourdon Somme   Jeu 13 Oct 2011 - 11:46

Nécropole Allemande de Bourdon Somme
49°59'09.54''N 2°04'46.69''E




Cette nécropole de Bourdon a reçu les corps des soldats tués
pendant ces actions mais aussi les soldats tombés soit pendant la campagne
de juin 1940 en traversant la Somme ou pendant la retraite à la ligne
d'août et au commencement de juin 1944.
Beaucoup d'entre-eux sont aussi décédés pendant l'occupation
ou dans des camps de prisonniers de guerre.
Dans le cadre de la convention franco-allemande de 1954 relative aux sépultures
militaires, il fut entendu de regrouper les morts allemands de la deuxième
guerre mondiale inhumés dans des milliers de lieux en France; dans 22
cimetières militaires allemands définitifs dont quelques uns seraient
à installer et les autres à aménager par l' agrandissement
des cimetières déjà existants.
Les morts y reposeront à perpétuité.
Près du village de BOURDON, un terrain adéquat de 7 ha fut trouvé
et mis à disposition par le gouvernement Français.
En 1961, le Volksbund (ou SESMA , Service pour l' Entretien des Sépultures
Militaires Allemandes) a commencé à regrouper les sépultures
des soldats. Une aide financière importante fut donné par le gouvernement
fédéral allemand.
Au cours des exhumations, le personnel spécialement entraîné
du SESMA a rassemblé tous les éléments nécessaires
à une identification des nombreux inconnus.
En outre, il fut possible, grâce à l' aide de la population, de retrouver
de nombreuses tombes qui n' étaient plus décelables autrement.
Par les deux portes latérales, le visiteur accède aux tombes.
Autour du hall; à une distance de 4 mètres, s'élève
une muraille circulaire. Dans cette cour se trouvent les huit plus grandes tombes
des 62 tombes communes tandis que les autres se trouvent dans le carré
G derrière le hall d'honneur.
Les noms des soldats connus sont inscrits sur des plaques en pierre.
Un large chemin bordé de sorbiers mène du hall d' honneur à
la grande croix en larix de 12 mètres de hauteur.
Des deux côtés du chemin s’étend l'ensemble des tombes,
divisé par des chemins intermédiaires, à angles droits, en
44 carrés. Des croix tombales en Massangis clair, une pierre calcaire française,
ont été posées à raison d'une croix pour six tombes.
Elles portent trois noms sur chaque côté. Aux points d’intersection
des chemins se trouvent des petites places avec des bancs en pierre permettant
aux visiteurs de s'asseoir un moment.


22213 morts allemands reposent dans ce cimetière.

Sa caractéristique
la plus importante est la construction circulaire de 10 mètres de haut
et 12 mètres de diamètre en grès du Palatinat. A l'intérieur
se trouve la statue en marbre du Professeur Gerhard Marcks :
« La Mère », qui symbolise la douleur de toutes les mères
du monde pleurant leurs fils morts à la guerre.
La piéce est éclairée par une ouverture dans le plafond et
6 petites fentes dans les murs.
L’édifice fut inauguré le 16 septembre 1967.


Lien:ici

Photos personnelles willy80























Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nicole Knapen
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur
avatar

Féminin Nombre de messages 4845
Localisation Uccle - Bruxelles
Humeur ventillée !!
Emploi/Loisirs futur (?) écrivain /la marche à pieds

MessageSujet: Re: A la découverte des mémoriaux et cimetières militaires   Ven 14 Oct 2011 - 1:33



Wlly fait sa reconversion ; alors qu'il était retraité le voilà maintenant qui devient chroniqueur de TSGE !!!



Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Ulster Tower Mémorial Thiépval Somme   Ven 14 Oct 2011 - 11:49

Ulster Tower Mémorial Thiépval Somme
50°03'45.21''N 2°40'38.89''E
i



La Tour d'Ulster
Également appelée Tour de Belfast ou Helen Tower , de style gothique troubadour et inaugurée en 1921, est la réplique d'une tour située dans le parc de Clandeboye, près de Belfast, qui fut le camp d'entraînement de la 36e division irlandaise qui, le 1er juillet 1916,
fut prise entre les tirs allemands et ceux de l'artillerie britannique.
Ayant perdu plus de 5 500 hommes en quelques heures, la division dut
être évacuée dès le lendemain.
La Tour est le mémorial de tous les soldats des bataillons d'Ulster (Royal Irish Fusiliers, Inniskilling Fusiliers, Royal Irish Riflesqui) tués pendant la Première Guerre mondiale.
Une plaque indique « Mémorial dédié à la 36e Ulster Division ainsi qu'aux autres hommes de l'Ulster qui servirent pendant la grande guerre (1914-1918) » À côté se trouve le cimetière de Caunnaught, aménagé en 1916,
et où se trouvent les dépouilles de 1286 soldats britanniques, ainsi
que 642 corps non identifiés et 425 appartenant à d'autres unité
ICI

Panoramio



Panoramio

Revenir en haut Aller en bas
Nicole Knapen
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur
avatar

Féminin Nombre de messages 4845
Localisation Uccle - Bruxelles
Humeur ventillée !!
Emploi/Loisirs futur (?) écrivain /la marche à pieds

MessageSujet: Re: A la découverte des mémoriaux et cimetières militaires   Ven 14 Oct 2011 - 13:44

Oui, chapeau Willy pour le choix des sujets que tu développes !



Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Chapelle du Souvenir Français et nécropole française, Rancourt, Somme   Dim 16 Oct 2011 - 16:37

Chapelle du Souvenir Français et la N N de Rancourt Somme
49°59'51.95''N 2°54'42.62''E






L'importance de la prise du village de Rancourt était, outre la
poursuite de la direction générale de l'offensive vers l'est, la rupture
de l'important lien de communication allemand constitué par la route
Bapaume-Péronne. Telle fut la mission confiée au 32e corps d'armée
français le 25 septembre 1916. Rancourt a aujourd'hui le triste
privilège de regrouper sur son territoire 3 cimetières : français,
britannique et allemand. C'est aussi le haut-lieu - et presque le seul -
du souvenir de la participation française à la Bataille de la Somme.

Chapelle du Souvenir Français et nécropole française
Cette chapelle, en pierre de taille, fut non pas le fait d'une décision
officielle mais d'une initiative privée : la famille du Bos, originaire
de la région, voulut ériger un monument à la mémoire de son fils et de
ses camarades de combat tués le 25 septembre 1916. C'est le Souvenir
Français qui, en 1937, prit en compte la gestion du bâtiment et
l'animation du mémorial. Le cimetière de Rancourt est la plus grande
nécropole française de la Somme (8 566 soldats - 28 000 m2). Il atteste
de la violence des combats des 3 derniers mois de l'offensive (septembre
- novembre 1916).
lien  ICI

Photos personnelles willy80











Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Mémorial des Batailles de la Marne(Dormans Marne)   Lun 17 Oct 2011 - 15:02

Mémorial des Batailles de la Marne(Dormans Marne)
49°04'17.34''N 3°38'48.17''E




Le Mémorial est situé sur la rive gauche de la Marne, sur un coteau
dominant la rivière et la ville de Dormans. Lorsque naît le projet de
construire un grand monument pour l'ensemble des combats de la Marne,
c'est en effet ce site qui est choisi par le maréchal Foch comme lieu
synthétique des deux batailles.

La réalisation de l'édifice a été possible grâce à une association créée
en 1919 par Mme de la Rochefoucauld et dirigée par le cardinal de Reims
et l'évêque de Châlons. Un vaste parc avec château est acquis et le 18
juillet 1920 est posée la première pierre de la chapelle. Les travaux,
qui durent de 1921 à 1931, sont financés grâce à de nombreux dons, en
particulier ceux de la souscription nationale de 1929 dite « journée des
quatre monuments » (l'association, devenue oeuvre, est reconnue
d'utilité publique par décret présidentiel du 20 mai 1932).

L'imposant ensemble est dû aux architectes Marcel et Closson. Un
escalier monumental mène à un grand parvis où se trouvent un cadran
solaire et la table d'orientation qui indique les noms des villages de
la vallée de la Marne où s'est déroulée la bataille de 1918. Le parvis
donne lui-même accès à une crypte que domine l'église surmontée d'un
clocher et de deux clochetons.
L'intérieur
de la chapelle est entièrement dédié à la gloire « des soldats, de
l'armée et de la patrie ». Le vitrail du choeur représente le Christ
accueillant un soldat symbolisant tous les morts de la Grande Guerre,
qui lui est présenté par Jeanne d'Arc et Saint Michel. De chaque côté,
des anges intercèdent en sa faveur. Les vitraux latéraux dans le
transept (du maître Lorin, de Chartres) représentent les saints patrons
des différentes armes. Les quatre colonnes qui reposent sur les assises
voûtées de la crypte sont ornées de sculptures sur le thème des quatre
grandes invasions de la France par les Huns, les Arabes, les Anglais,
les Allemands, à chaque fois contenues (champs catalauniques en 451,
Poitiers en 732, Orléans en 1429, Dormans en 1914-1918).
Vitrail de la chapelle du mémorial. Photo de l'association du mémorial des batailles de la Marne
La
tour, haute de 52 m, contient plusieurs cloches dont une de 304 kg. A
côté de la chapelle se trouve un cloître. D'aspect austère avec ses
arcades en arc brisé, il part latéralement rejoindre un bâtiment
funéraire, où se trouve l'ossuaire, près d'une tour-lanterne des morts. A
l'entrée de celui-ci figure, en médaillon, les effigies des maréchaux
Foch et Joffre, les deux vainqueurs des batailles de la Marne, et,
gravés dans des plaques murales, on peut lire les noms de l'ensemble des
corps d'armées engagés dans les combats. A l'intérieur de l'ossuaire,
dans 130 cercueils, reposent les restes mortels de 1 332 soldats
français de 1914-1918, dont 11 seulement sont identifiés. Dans cette
même chambre funéraire se trouvent également deux urnes : la première
contient de la terre provenant d'un cimetière d'Italie où sont enterrés
des soldats des Forces Françaises Libres tués lors des combats de
1943-1944 à Monte Cassino ; l'autre renferme des cendre de déportés
rapportées de Dachau en 1948.

Depuis 1993, tous les ans, lors de la commémoration du 11 novembre, une
cérémonie officielle se déroule à l'ossuaire pour le dépôt par un
officier supérieur délégué de l'Elysée, d'une gerbe offerte par le
Président de la République.
Photo de l'association du mémorial des batailles de la Marne
ICI

Panoramio



Panoramio



Panoramio

Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Monument de l'Abbé Colle Ménil-sur-Belvitte Vosges   Lun 31 Oct 2011 - 15:56

Monument de l'Abbé Colle Ménil-sur Belvitte Vosges
48°23'07.16''N 6°41'36.43''E


Le monument aux Ubayens de l’Abbé Collé à Ménil-sur-Belvitte
Département de ce petit patrimoine : Vosges

Du
25 au 1er septembre, de nombreuses attaques successives permettent
enfin à la 44e Division de reprendre le col de la Chipotte, lieu
stratégique, (surnommé par les Allemands "Col de la mort"), après avoir
reconquis le village de Ménil-sur-Belvitte.
Mais 401 combattants du
15/7 périrent durant le seul jour du 28 août 1914 à Ménil dont au moins
25 Ubayens (habitant de la vallée de l'Ubaye dans les
Alpes-de-Haute-Provence, autrefois appelée vallée de Barcelonnette).
A peine 15 jours après la déclaration de guerre du 4 août 1914…

Le Colonel Hubert Tassel, Président de l'Amicale Ubayenne des Chasseurs Alpins, raconte en 2009 :
"Dès
1915, on rend hommage aux "Morts pour la France" tombés à Ménil. Et
ceci, grâce à l’Abbé Collé, curé du village, qui a vécu ces combats
durant dix-neuf jours autour de sa commune. En pleine bataille, il
s’occupe des blessés et transforme son presbytère en infirmerie. Avec
quelques paroissiens, il enterre sommairement les nombreux morts.
Pour
marquer ce lieu de mémoire et de sacrifice, l’abbé Collé s’active et va
rechercher sur le terrain des souvenirs, des objets personnels, des
armes. Il s’occupe des tombes. Il crée dans une partie du presbytère,
partiellement détruit, le premier musée souvenir de ce conflit qu’il
appelle "le Musée de la Bataille"…
En 1944, les Allemands en pleine débâcle, ramènent en Allemagne tous les objets déposés au Musée de la Bataille…"

L'Abbé
Alphonse Collé reçut en 1917 la Croix de Guerre pour son action au
milieu des combats. Et c'est en 1922 qu'il décide de construire un
mémorial à la gloire de l’infanterie Alpine. Ce monument sera terminé en
1927.
Il se trouve face à la Nécropole Nationale de Ménil sur Belvitte, au bout de la Rue du Cimetière Militaire.

lien ICI

Photos personnelles willy 80










Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Cimetière Chinois de Nolette Somme   Mer 2 Nov 2011 - 15:24

Cimetière Chinois de Nolette Somme
50°11'09.83''N 1°43'21.51''E





Le cimetière chinois de Nolette est un cimetière situé le territoire de la commune française de
Noyelles-sur-Mer
sont inhumés 849 travailleurs chinois. La
plupart travaillait au camp chinois de l'armée britannique situé sur la
commune entre 1917 et 1919.

Il s'agit du plus grand cimetière chinois de France et d'Europe.
Pendant la Première Guerre mondiale,
Noyelles abritera une importante base arrière britannique dont un grand camp de
travailleurs immigrés chinois. Ils furent recrutés par l'armée britannique entre
1917 et 1919 dans le cadre du corps de travailleurs chinois (en
anglais, Chinese Labour Corps), pour des tâches civiles à l'arrière du front
mais certains connaitront les zones de combat. À ce titre, ils représentent
l'une des premières immigrations chinoises en France.
Ils avaient l'interdiction de se mêler à la population civile du lieu et étaient
affectés à des taches ingrates et rudes. Beaucoup sont morts d'une épidémie de
choléra qui a sévi dans le camp,
de la grippe espagnole
en 1918-1919, voire tués au combat.

lien :ICI

Photos personnelles de willy80




]



Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Signature de l'Armistice à Rethondes, Oise 11/11/1918   Ven 11 Nov 2011 - 10:32

Rethondes Oise 11/11/1918
49°25'38.20''N 2°54'23.26''E





L’armistice, signé le 11 novembre 1918, à 5 h 15, marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la capitulation de l'Allemagne. Le cessez-le-feu est effectif à onze heures entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d'invalides ou de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles.

]



La suite et lien :ICI

Panoramio



Panoramio



Panoramio



Panoramio



Panoramio





Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Monument Roland Garros (08) Ardennes   Mar 15 Nov 2011 - 12:42

Monument Roland Garros 49°20'59.23''N 4°40'53.07''E
St Morel (08) Lieu ou Roland Garros est tombé

Panoramio



Roland Adrien Georges Garros, né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de La Réunion, est un aviateur français, lieutenant pilote lors de la Première Guerre mondiale, mort dans un combat aérien le 5 octobre 1918 à Saint-Morel, près de Vouziers, dans les Ardennes.

Sa célébrité est d'abord venue de ses exploits sportifs en aviation, et surtout de la toute première traversée aérienne de la Méditerranée, qu'il a effectuée le 23 septembre 1913. Il a mis au point une technique permettant le tir à travers l'hélice d'un avion de chasse. Son nom reste associé au tournoi de Roland Garros car il se déroule dans le stade qui porte son nom depuis sa construction en 1928.
Le 2 octobre 1918,
Roland Garros remportait sa quatrième et dernière victoire. La veille
de ses 30 ans, le 5 octobre, à l’issue d’un combat contre des Fokker D.VII, son SPAD explosait en l’air avant de s’écraser sur le territoire de la commune de Saint-Morel, dans les Ardennes, non loin de Vouziers où il est enterré.






Tombe de Roland Garros à Vouziers.

Lire la suite ICI

Carré Militaire du cimetière de Vouziers (08) ou repose Roland Garros 49°24'01.48''N 4°41'59.61''E
Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Stèle ou est tombé Jean Bouin le 29/9/1914 et cimetière ou il repose   Ven 18 Nov 2011 - 11:24

Stèle de Jean Bouin Bouconville sur Madt Meuse 48°50'35.43''N 5°43'13.55''E







Alexandre François Étienne Jean Bouin (né à Marseille le 21 décembre 1888, mort le 29 septembre 1914 à Xivray dans la Meuse) était un coureur de fond français. Fils de Louis Michel Bouin (commerçant) et de Berthe Emir Pioch.
Ce bon vivant, de petite taille (1,67 m, pour 70 kg) au torse puissant, journaliste (notamment au Petit Provençal), remporte quatre titres consécutifs de champion de France de cross sous les couleurs du Phocée Club de Marseille (1909) puis du CASG Paris (1910, 1911 et 1912) et gagne trois fois le Cross des Nations à Derby (1911 à 1913) mettant fin à une longue domination des coureurs de fond britanniques. Il améliore, en 1911, le record de France du 10 000 mètres (30 min 58 s 4/5) (titre de champion de France à la clé, et record du monde), et celui du 5 000 mètres (14 min 36 s 8/10) en 1912, avec le titre de champion de France également. En 1912, il bat aussi le record du monde du 3 miles (4837 m), peu avant les Jeux olympiques.
Soldat de 2e classe au 163e régiment d'infanterie il est tué par l'ennemi et meurt au champ d'honneur le 29 septembre 1914 à Xivray lors de l'attaque du « Mont Sec », non loin de Saint-Mihiel lors de la première bataille de la Marne1
. Les circonstances du décès de Jean Bouin sont mal connues. Certains
décrivent une mort glorieuse en chargeant les lignes ennemies au cri de
« Vive la France ! », d'autres évoquent une erreur de tir de
l'artillerie française. Il est enterré au château de Bouconville-sur-Madt
sous le feu ennemi. Quelques jours plus tard, le château brûle. Son
corps est rapatrié le 27 juin 1922 avec 39 autres militaires et inhumé
au cimetière Saint-Pierre de Marseille (carré 30 n°81). Sa tombe est
ornée d'un buste sculpté par Constant Roux et d'une plaque apposée par
la ville.
La suite et lien : ICI

Carré Militaire du cimetière St Pierre Marseille ou repose Jean Bouin
43°17'23.22''N 5°24'47.73''E


Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8956
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: Nécropole Nationale de St Rémy la Calonne Meuse ou repose Alain Fournier   Dim 20 Nov 2011 - 14:37

N N de St Rémy-la-Calonne Meuse ou repose Alain Fournier
49°02'53.11''N 5°36'02.71''E




Alain-Fournier, demi-pseudonyme d'Henri-Alban Fournier (3 octobre 1886 - 22 septembre 1914) est un écrivain français,
mort pour la France dans les premières semaines de la Grande Guerre,
sur le front de Lorraine, à la fin de de sa vingt-huitième année, dix
mois après avoir publié un unique roman, Le Grand Meaulnes.
Lieutenant de réserve, mobilisé le 2 août 1914, Alain-Fournier part de Cambo dans le Pays Basque, où il était en vacances avec Simone, pour rejoindre son régiment, le 288e régiment d'infanterie à Mirande ; il est affecté à la 23e compagnie. Partis d'Auch en train jusqu'au camp de Suippes, lui et ses hommes rejoignent le front après une semaine de marche jusqu'aux environs d'Étain. Avec sa compagnie, il participe ensuite à plusieurs combats meurtriers autour de Verdun.
Le 22 septembre, un détachement de deux compagnies, la 22e, commandée par le lieutenant Paul Marien et la 23e,
commandée par le lieutenant Fournier reçoit l'ordre d'effectuer une
reconnaissance offensive sur les Hauts-de Meuse, en direction de Dommartin-la-Montagne,
à vingt-cinq kilomètres au sud-est de Verdun. Si l'on doit en croire
les témoignages postérieurs, assez divergents, du sergent Zacharie Baqué
et du soldat Laurent Angla, Fournier et ses hommes parviennent jusqu'à
la Tranchée de Calonne
où ils sont rejoints par le capitaine de Gramont qui prend la direction
des opérations et décide d'attaquer l'ennemi. Entendant des coups de
feu, ils veulent rejoindre la 22e compagnie de Marien qui
s'est trouvée face à un poste de secours allemand et a ouvert le feu.
Après avoir fait quelques prisonniers, ils sont pris à revers par une
compagnie prussienne à la lisière du bois de Saint-Remy et décimés par
la mitraille. Trois officiers (dont Alain-Fournier) et dix-huit de leurs
hommes sont tués ou grièvement blessés, tandis que Marien et le reste
du détachement parviennent à se replier. Sur le "Journal de marche et
d'opérations" du 288e R.I., trois officiers, un sergent et dix-huit soldats des 22e et 23e compagnies sont portés "disparus" au "combat de Saint-Remy, du 21 au 30 septembre".

S'il faut croire certaines sources, la patrouille dont Alain-Fournier
faisait partie avait reçu l'ordre d'attaquer une ambulance allemande et
avait obéi, ce que les Allemands auraient considéré comme un crime de
guerre
Selon Gerd Krumeich, professeur à l’Université de Düsseldorf, il est
exact que la patrouille d'Alain-Founier attaqua une ambulance allemande,
mais il est difficile d'établir les faits précis







Alain-Fournier en 1913 (Photo Henri Manuel).



Tombe d'Henri-Alban Fournier, dit Alain-Fournier dans la nécropole nationale de Saint-Rémy-la-Calonne

La suite et lien : ICI

Fosse commune dite Alain Fournier 49°02'02.29''N 5°34'28.93''E
20 Soldats du 288 é RI y reposes.Le corps d'Alain Fournier a été transféré à la Nécropole Nationale de St Rémy-la- Calonne







source photo ici


Dernière édition par willy80 le Mar 14 Mai 2013 - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la découverte des mémoriaux et cimetières militaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la découverte des mémoriaux et cimetières militaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 
 
 
Sujets similaires
-
» Etrange découverte à Paimpont
» Kaguya : découverte de la première "caverne" lunaire
» Parcours de Découverte des Formations et des Métiers
» Jérusalem : Découverte d'une inscription mystérieuse...
» découverte d'une grotte sépulcrale
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur Google Earth & Maps :: Google Earth :: Echanges d'endroits :: Constructions :: Monuments-
 
 
Sauter vers: