Forum d'échanges consacré aux découvertes avec Google Earth/Maps
 
PortailAccueilGoogle EarthS'enregistrerCarte des membresRechercherAccès aux bonus du forumConnexionFAQ

Partagez | 
 
 
 [Royaume-Uni] - La maison de Virginia Woolf, Rodmell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8950
Age 72
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: [Royaume-Uni] - La maison de Virginia Woolf, Rodmell   Lun 8 Avr 2013 - 13:22

La maison de Virginia Woolf 50°50'19.23''N 0°00'59.18''E







Les lieux emblématiques de Virginia Woolf


The Monk’s House, ou maison du moine, est un petit cottage modeste acheté par Virginia Woolf
et son mari en 1919. La romancière y écrit, dans une petite cabane au
fond du jardin, ses livres les plus célèbres. Le couple s’y installe
définitivement pendant la guerre, jusqu’au suicide de Virginia Woolf,
qui se noie dans la rivière bordant la maison. Monk’s House est
aujourd’hui devenue un musée à la gloire d’une des plus grandes
écrivains anglaises.

Sa maison d’enfance

Adeline Virginia Stephen, connue sous le nom de Virginia Woolf, est née au 22 Hyde Park Gate le 25 janvier 1882. Leslie et Laura, ses parents, se sont mariés alors qu’ils étaient déjà tout deux veufs. Dans cette maison, les enfants de trois mariages différents sont donc regroupés
: ceux de Julia Jackson : George, Stella et Gerald, la fille de Leslie :
Laura, (diagnostiquée handicapée mentale et placée dans un asile dès
1891), et ceux qu’ils ont eu ensemble : Vanessa, Thoby, Virginia et
Adrian. Après les joies de l’enfance durant laquelle elle a un
libre accès à la grande bibliothèque qui lui permet de découvrir les
classiques et la littérature anglaise, Virginia Woolf vivra ici ses
premières dépressions nerveuses.



Le Bloomsbury Group
Sa mère décède en 1895 des suites d’une grippe. Deux ans plus tard, c’est au tour de sa demi-soeur Stella de mourir. C’en est trop pour la jeune Virginia qui vit alors sa première dépression nerveuse. En 1904, son père décède. Le choc est très important chez elle… Et même trop important. Elle est alors internée quelques temps. A sa sortie, Vanessa, Adrian et elle décident de revendre la maison familiale pour en acheter une nouvelle au 46 Gordon Square, dans le Bloomsbury.


C’est dans cette maison que va se créer le Bloomsbury Group, le cercle d’intellectuels comprenant Lytton Strachey, Clive Bell, Saxon Sydney-Turner, Duncan Grant et Leonard Woolf. Virginia épouse ce dernier en 1912. Plusieurs
biographes ont avancé l’hypothèse que leur mariage n’ait jamais été
consommé, Virgina Woolf préférant la gent féminine.
Dans son journal, elle décrivit cependant son mariage comme complet et le fait d’être une épouse comme un plaisir énorme. En 1917, il fondent la Hogarth Press qui publiera la plupart des oeuvres de Virginia Woolf. Le Bloomsbury Group lui permet également de rencontrer Vita Sackville-West, avec qui elle entame une liaison qui durera tout le long des années 1920.


« La plus affreuse des maisons du Sussex »

En 1919, l’écrivain Virginia Woolf et son mari l’éditeur Leonard
Woolf achètent pour moins de 800 euros la Monk’s House, une maison
modeste de l’East Sussex. Située à 1 h de Londres en train, le couple s’y rend régulièrement. Virginia
écrit à sa sœur Vanessa qu’ « il s’agit peut-être de la plus affreuse
des maisons du Sussex ». Pourtant, ils passent par une période de
production littéraire intense.
Virginia installe son bureau dans une petite cabane au fond du jardin. Elle s’y rend chaque matin pour écrire.
C’est notamment ici qu’elle écrit la « Chambre de Jacob » (1922), « Mrs
Dalloway » (1925), « La promenade au phare » (1927) ou encore
« Orlando » (1928). Dans Between the Acts, sa dernière nouvelle,
Virginia Woolf peint la petite ville de Rodmell.

De la maison de campagne à la résidence principale


Les Woolf font aussi des travaux afin de rendre la maison plus jolie,
mais surtout tout à fait habitable. Peu à peu, le jardin se fleurit, le
potager fructifie. De sa « petite chambre à l’éclat austère », mais aussi de son fauteuil préféré dans le salon, elle a vue sur ses fleurs.
Les murs s’ornent des poteries de Vanessa et des peintures de Duncan
Grant, son mari. La sœur de Virginia et son époux se sont installés non
loin, dans un petit cottage de Charleston Farmhouse.
Virginia Woolf se promène beaucoup dans les environs. La marche l’inspire et l’aide à rythmer ses phrases, si caractéristiques.
En
1940, les bombardements Allemands contraignent les Woolf à quitter la
capitale pour la campagne. Monk’s House devient leur résidence
principale

Son suicide

C’est la que Virginia Woolf met fin à ses jours, en 1941. Sa santé
psychologique fragile lui joue de nouveaux tours. Plutôt que de glisser
dans la folie, elle préfère sombrer dans l’Ouse, la petite rivière qui
coule au fond du jardin. Elle remplira ses poches de pierres, enfilera son manteau de fourrure et se noiera.
L’écrivain
laissera une lettre à son mari, une autre à sa sœur. Dans celle pour
Leonard Woolf, elle écrit : « Je sens que je redeviens folle, et je ne
peux plus supporter ces horribles périodes. Je commence à entendre des
voix et n’arrive plus à concentrer. Je fais ce qu’il y a de mieux à faire ; tu m’as rendue heureuse, et je ne peux pas continuer à gâcher ta vie. »
Son mari y vit jusqu’à sa mort, en 1969. Leurs cendres sont enterrées dans le jardin.
Ce petit cottage, où trônent encore tous les souvenirs de la romancière, se visite aujourd’hui.

lien:ici
Revenir en haut Aller en bas
 
[Royaume-Uni] - La maison de Virginia Woolf, Rodmell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 
 
  
 
Sauter vers: