Forum d'échanges consacré aux découvertes avec Google Earth
 
PortailAccueilGoogle EarthS'enregistrerCarte des membresRechercherAccès aux bonus du forumConnexionFAQ

Partagez | 
 
 
 la ville de Menin bannit la langue française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
willy80
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Cancer Nombre de messages 8794
Age 71
Localisation valines _80210
Humeur curieux de tout
Emploi/Loisirs retraité

MessageSujet: la ville de Menin bannit la langue française   Dim 08 Sep 2013, 09:27

Menin Belgique 50°47'49.93''N 3°06'53.54''E



Hôtel de ville de Menin 50°47'44.97''N 3°07'10.85''E



Français et Belges se côtoient tous les jours sur les trottoirs de la rue de Lille, l’avenue principale que se partagent Halluin, petite ville frontalière du Nord, et sa voisine flamande Menin. Cette dernière abrite 1 600 francophones sur ses 32 000 habitants et tous ses commerçants pratiquent la langue de Molière au quotidien. Mais voilà que sa bourgmestre, Martine Fournier, au nom pourtant bien gaulois, a décidé de bannir le français de sa mairie.



A partir du 1er janvier 2014, plus aucun de ses employés municipaux ne pourra prononcer le moindre mot dans cet idiome, même en face d’un citoyen francophone sachant à peine dire «Hallo». «Tout le monde est le bienvenu, tout le monde peut venir habiter ici, mais chacun doit utiliser la langue de la ville, celle que réclame la loi», a expliqué devant la presse belge l’édile chrétienne-démocrate flamande (CD&V), élue fin 2012 aux côtés d’une flopée d’indépendantistes, ce qui explique sans doute sa position radicale.

Langue des signes et pictogrammes pour se faire comprendre

Elle faisait référence à une loi de 1996 qui attribue une seule langue officielle à la Flandre (le néerlandais) et à la Wallonie (le français). Seule la région capitale, Bruxelles, est bilingue. Le texte n’avait jamais été appliquée dans Menin la francophile. Regrettant que de nombreux citoyens habitant ici «depuis des décennies» «ne parlent toujours pas un mot de néerlandais», Martine Fournier souhaite désormais faire respecter cette loi à la lettre. Un nouveau «?code de conduite», publié (en néerlandais) mardi dernier sur le site de la mairie, impose aux fonctionnaires de toujours établir leur «premier contact» en flamand, et de surtout ne «jamais basculer automatiquement vers une autre langue».

Pour faciliter le dialogue, ils peuvent recourir au langage des signes et à des pictogrammes déployés sur les murs et les écrans d’ordinateurs. Si rien ne marche, alors là, oui, ils sont autorisés à passer au français, mais seulement «dans des situations exceptionnelles, telles que des raisons sociales urgentes», insiste Martine Fournier. La «phase test» de ce passage au tout-flamand a déjà commencé depuis plusieurs semaines et les corvées administratives, qui n’ont jamais été une partie de plaisir pour personne, ne s’en trouvent guère facilitées.
Marre des bisbilles linguistiques

Les habitants ont encore du mal à s'y faire. «Je trouve cela complètement absurde d'empêcher des gens de parler une langue qu'ils connaissent pourtant très bien. Les employés de la mairie ont toujours été capables de donner des informations en français, donc on ne va pas nous faire croire qu'ils en seront incapables du jour au lendemain», s'agace Emilie, Franco-belge de 32 ans qui a longtemps vécu chez ses parents à Menin. «Notre ville est aussi bien francophone que néerlandophone, on voit circuler des voitures immatriculées 59 (venant du Nord, ndlr) sans arrêt, donc à mes yeux les deux langues devraient être autorisées», ajoute-t-elle.

Elle redoute surtout que «cette loi renforce les extrêmes et divise un peu plus un pays qui n'a clairement pas besoin de ça». Les bisbilles communautaristes entachent régulièrement la vie politique en Belgique. En 2011, le pays s'était carrément retrouvé sans gouvernement à cause d'un désaccord entre partis néerlandophones et partis francophones au sujet du découpage linguisitique de la région de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV).
Source

Revenir en haut Aller en bas
Jean-Jacques
Globe-Surfeur "Or" (niv 4)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Capricorne Nombre de messages 4397
Age 62
Localisation Belgique
Humeur Comme un Noël !! !!

MessageSujet: Re: la ville de Menin bannit la langue française   Dim 08 Sep 2013, 10:20

Bonjour Willy,  

En effet, j'ai vu cela aussi et mon fils qui est né à l'hôpital de cette ville a déjà eu de de petites difficultés de communication avec l'hôtel de ville par mail,
il y a environ 5 ans déjà pour une demande de papiers d'acte de naissance mais a réussi à se débrouiller en néerlandais donc ça ne date pas d'hier !!

Je suis moi même étonné de ce fait car pour avoir un poste officiel à l'état en Belgique à une époque déjà lointaine, quand cet emploi comportait du moins
un contact avec la population il fallait passer un examen qui comportait une partie d'estimation de la seconde langue nationale.

Il était aussi possible d'avoir les papiers dans les deux langues, là maintenant je ne connais pas exactement les règlements de l'administration,
je pense que c'est un problème qu'on peut surmonter assez facilement si tous y mettent un peu de bonne volonté !! !!

Nous nous demandons leur réaction si on leur parlait anglais Very Happy ...

Etant à la frontière française, cet état de fait est, espérons le, un tant soit peu différent qu'au centre du pays, quand on sait de plus qu'avant les années 70
notre enclave était en flandre occidentale et que beaucoup de personnes savent assez bien se débrouiller dans les deux langues et qu'on les apprend à l'école.

Cela n'empèche pas que nous soyons bien tristes de voir notre petit pays avec ce genre de problèmes.

Bonne route à vous tous et A+++ Jean-Jacques
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
la ville de Menin bannit la langue française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 
 
  
 
Sauter vers: