Forum d'échanges consacré aux découvertes avec Google Earth
 
PortailAccueilGoogle EarthS'enregistrerCarte des membresRechercherAccès aux bonus du forumConnexionFAQ

Partagez | 
 
 
 L'ascension de l'Everest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: L'ascension de l'Everest   Ven 7 Fév 2014 - 23:58

La première ascension de l'Everest date de 1953. Pour mémoire, on a atteint le Pôle Nord en 1909 et le Pôle sud en 1911.

Les premières tentatives  se sont faites côté tibétain (c'était bien avant que la Chine n’envahisse ce désert d’altitude). A l'époque, le Népal était un pays fermé. Puis, renversement de situation, le Népal s'est ouvert en 1951... au moment où la Chine a fermé pour 3 décennies les frontières du Tibet. Les premières ascensions du toit du monde ont donc été réalisées côté népalais, et il faudra attendre 1975 pour qu'une expédition chinoise réussisse l'ascension par le côté tibétain, et 1979 pour que la Chine délivre des autorisations d'escalade  à des étrangers.

Depuis quelques années, on assiste à une certaine "démocratisation" de l'escalade de cette montagne. Jusqu'au début des années 1990, seuls les alpinistes aguerris qui avaient fait leurs preuves sur de nombreux sommets pouvaient espérer atteindre le sommet. Aujourd'hui, des expéditions commerciales à but lucratif proposent l'ascension. Pour se faire, il faut quelques sous (à partir de 65 000 $) et du temps libre (deux mois devant soi).

L'Everest n'est pas une montagne particulièrement difficile d'un point de vue technique. La plus grosse difficulté tient à son altitude, au temps passé au-dessus de 6000 mètres d'altitude, au temps passé dans la "zone de la mort" (au-dessus de 7800 mètres d'altitude), au manque d'hygiène en altitude.

Petit voyage sur une montagne mythique... en voie de démystification.



Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Lukla, Népal   Sam 8 Fév 2014 - 0:00

1. L'approche

On va se faire le sommet par le voie normale, c'est-à-dire par le côté népalais. On aurait pu choisir le côté chinois, pas beaucoup plus difficile... mais je manque un peu d'infos.

La barrière de l'Himalaya sépare le Népal (au sud) du Tibet (au nord)


On arrive au Népal par Katmandou (1350 mètres d'altitude), ville qui a fait rêver une génération de baba-cools et autres beatniks en mal de paradis artificiels.

Après un tour en ville, on fuit la fournaise de la capitale du Népal, et on prend l'avion jusqu'à Lukla. L'avion n'est pas gros, mais le dépaysement est gigantesque, en à peine 140 km de vol.



A Lukla, on est déjà à 2800 mètres d'altitude. Et le voyage ne fait que commencer.

Lukla et son altiport - 27°41'17.17"N 86°43'48.41"E


Une vision en 360 degrés : les nuages ne sont jamais loin, ce qui ne facilite pas l’atterrissage.

Lukla Airport in nepal

La piste de l'altiport est le dernier morceau de goudron que l'on va voir !

www.panoramio.com/photo/63775582
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Namche Bazar, Khumbu, Népal   Mar 11 Fév 2014 - 21:43

2. La marche d'approche

On part de Lukla à 2800 mètres pour rejoindre le camp de base de l'Everest à 5400 mètres. La marche d'approche à l'air simple sur le papier, mais il ne faut pas se fier aux cartes. A vol d'oiseau, il y a moins de 40 kilomètres entre ces deux points. Sauf que le chemin n'est pas en ligne droite, et qu'il faut y rajouter presque 2600 mètres de dénivelés, avec quelques beaux raidillons.



Finalement, il faut 6 jours de marche, à travers le Khumbu, le pays des Sherpas. C'est l'occasion de découvrir un pays où l'on va à pieds, et où le transport de marchandises se fait à dos d'homme, de mule, de yak.

Les cultures en terrasse -  27°41'56.02"N 86°43'8.91"E


Avec l'affluence touristique, les ponts pour traverser le torrent de l'Everest se sont bien améliorés ces dernières années.
27°44'36.30"N 86°42'48.56"E

www.panoramio.com/photo/45058784

C'est décidé : on va les laisser passer (après tout, ils sont chez eux) -  27°46'36.04"N 86°43'16.68"E

www.panoramio.com/photo/11290603

Namche Bazar, capitale des sherpas -  27°48'14.66"N 86°42'41.34"E



Namche Bazaar in nepal

L'air de rien, l'arrivée sur Namche se fait par une pente sévère. Les occidentaux crachent leurs poumons pendant que les autochtones sifflotent en portant 40 kilos sur le dos ! On n'est encore qu'à 3400 mètres, c'est dire si la route est encore longue.

http://www.panoramio.com/photo/35570978

TO BE FOLLOWED
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Re: L'ascension de l'Everest   Dim 23 Fév 2014 - 21:47

2. La marche d'approche (suite)

Pendant cette marche d'approche, on commence a voir des sommets imposants et on passe à côté de stupas (équivalent de chapelles ou de chemins de croix), on fait tourner des moulins à prière dans le sens des aiguilles d'une montre (surtout pas dans le sens contraire !!!), on croise des monastères et des moines : on est dans un pays où la religion est intimement liée à la vie, et où des sommets hors normes dominent l'espace.

Un stupa garde un œil bienveillant sur les voyageurs, et l'Ama Dablam (6 856 mètres) domine la situation.

www.panoramio.com/photo/30396510

Le monastère de Tengboche et l'Ama Dablam à droite.

www.panoramio.com/photo/85044015

Le même en version 360 CITIES.

Tengboche Monastry in nepal

Les prières s'affichent sur les pierres

www.panoramio.com/photo/35854920

Moulin à prières et pierres à prières

http://www.panoramio.com/photo/35553276

On s'approche du camp de base de l'Everest, et on fait étape dans des villages du bout du monde : Tengboche (3867 metres), Panboche (3985 mètres), Dingboche (4530 mètres), Dughla (4590 mètres).

Après Dughla, on met un premier pied en haute montagne en atteignant le glacier du Khumbu qui prend sa source sur les pentes de l'Everest.
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Dughla pass et glacier du Khumbu, Népal   Jeu 13 Mar 2014 - 11:22

2. La marche d'approche (suite et fin)

On atteint donc la glacier du Khumbu, et on est "accueilli" par un surprenant mémorial : des dizaines de chortens rendent hommage à tout ceux qui sont morts sur les pentes de l'Everest. C'est l'occasion de garder en tête que la montagne ne fait pas de cadeau, même si l'Everest est loin d'être la montagne la plus meurtrière (très loin derrière l'Annapurna et le K2).


http://www.panoramio.com/photo/11490783


http://www.panoramio.com/photo/20036593

Le chorten dédié à Scott Fisher, acteur malheureux de l'hécatombe du 11 mai 1996, dont on a parlé >> ici <<.

www.aramcoexpats.com


Memorials  at Dughla Pass in nepal

La marche continue sur la rive droite du glacier du Khumbu jusqu'au camp de base. On navigue entre 4800 mètres (l'altitude du Mont-Blanc) et 5400 mètres. Pour certains, un mal de tête lancinant s'installe, la digestion est lente et désagréable. 40 pas, 2 minutes de pause, 40 pas, 2 nouvelles minutes de pause etc.

Au fond à gauche, le Pumori (7161 mètres, première ascension en 1962). Sur la droite, le Nuptse (7861 mètres, première ascension en 1961).
27°56'55.30"N 86°49'9.68"E



Le glacier du Khumbu n'est pas un joli glacier bien blanc, et de loin s'en faut ! Il est la vitrine de l'érosion intense qui se produit en Himalaya. Le Pumori au fond.

http://www.panoramio.com/photo/63997010


Dernière édition par winnie le Mar 30 Déc 2014 - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Re: L'ascension de l'Everest   Ven 21 Mar 2014 - 12:02

3. Le camp de base


Le camp de base se situe à 5350 mètres. Pour les trekkeurs, c'est le terminus. Pour les alpinistes, c'est là que les affaires vont commencer à se corser.

28° 0'22.35"N 86°51'29.81"E


Le camp de base est installé sur le glacier du Khumbu. C'est un village de tente dont le manque de propreté a été pointé du doigt à de nombreuses reprises.

28° 0'22.35"N 86°51'29.81"E


28° 0'4.39"N 86°51'0.15"E


Camper sur un glacier, ce n'est pas le grand confort.

www.panoramio.com/photo/35883847

Ce village est approvisionné continuellement par une noria de yaks.

www.panoramio.com/photo/3692708

Les nuits sont glaciales en Himalaya, l'altitude use les organismes, et c'est lors de la marche d'approche que commence l'acclimatation.

Dans son livre Tragédie à l'Everest, John Krakauer révèle que lors des nuits très fraiches, il a choppé une sorte de pneumonie qui l'a fait souffrir tout au long de l'expédition par des éternuements très violents.


Dernière édition par winnie le Mar 30 Déc 2014 - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Cascade de glace du Khumbu (Khumbu icefall), Everest, Népal   Jeu 27 Mar 2014 - 17:56

4. La cascade de glace du Khumbu (Khumbu icefall)

On est au camp de base à 5350 mètres... et il reste 3500 mètres de dénivelé à parcourir (un peu comme entre Chamonix et le sommet du Mont-Blanc, sauf qu'on démarre de plus haut que le sommet du Mont-Blanc).

L'ascension proprement-dite débute par une partie de plaisir : la cascade de glace du Khumbu.

27°59'51.22"N 86°52'16.38"E

La cascade de glace, surmontée par la combe ouest. A gauche, l'Everest (8848 m), le Lhotse au fond (8516 m), et à droite le Nupste (7861 m). Le camp de base est en bas, dans la partie grise en bordure du glacier.


Sous un autre angle : du camp de base au sommet de la cascade de glace, 600 mètres de dénivelé.


Le glacier du Khumbu prend sa source dans la combe ouest, au pied du Col Sud (entre le Lhotse et l'Everest). Au-dessus du camp de base, une rupture de pente donne au glacier un relief très tourmenté. Avec une vue du dessus, on comprend vite l'étendue du problème (le camp de base est en bas de l'image).


Jusqu’aux années 1990, les expéditions équipaient elles-mêmes le passage, ce qui nécessitait du temps, du matériel, du personnel.

De nos jours, la cascade de glace est équipée en cordes fixes et échelles par un groupe de sherpas qui sont propriétaires des échelles. En outre, ils assurent le service après-vente, en réinstallant sans cesse le matériel dans un univers en mouvement. Chaque expédition paie alors un droit de passage.

Se promener sur une échelle avec des crampons aux pieds au-dessus d'un gouffre dont on ne voit pas toujours le fond, à 5500 mètres d'altitude, avec le mal des montagnes qui s'installe dans le crane, et avec le stress de se prendre un sérac sur la tête : les joies de l’Himalayisme !

www.alanarnette.com


http://journals.worldnomads.com

La clé d'un passage dans de bonne conditions, comme pour toute escalade glaciaire, c'est d'avoir traversé la cascade de glace avant que le soleil ne se pointe.

nationalgeographic.com

Dès les premiers rayons de soleil, le glacier devient instable et le danger rôde.

www.rmiguides.com

Une domination certaine des éléments.

www.rmiguides.com


www.panoramio.com/photo/37323915

Le pire de l'histoire, c'est que cette traversée infernale, il faudra la faire plusieurs fois. En effet, l'acclimatation nécessite des allers-retours où l'on monte à chaque fois un peu plus haut.

En général, la première sortie d'acclimatation consiste à franchir la cascade de glace (départ du camp de base vers 2 heures du matin) et de redescendre au camp de base dans la matinée.

Le coup d'après, on franchira la cascade, on dormira au sommet de la cascade (le camp I se situe à 5940 m) avant de redescendre le lendemain etc.


Dernière édition par winnie le Mar 30 Déc 2014 - 21:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Combe Ouest / Western Cwm (Everest)   Sam 5 Avr 2014 - 18:17

5. La Combe Ouest


La Combe Ouest est la vaste vallée comprise entre l'Everest et le Nuptse où coule le glacier du Khumbu, entre la cascade de glace (en aval) et la montée sur le Col Sud. La Combe Ouest fait 5 kilomètres de long, et s'étage entre 5900 mètres (au niveau du Camp I) et 6700 mètres (début des pentes menant au Col Sud).

27°58'52.37"N 86°53'37.95"E


C'est une zone assez tranquille de l'ascension... si ce n'est qu'on est au-dessus de 6000 mètres. Il y fait un froid de canard la nuit, et on peut crèver de chaud dans la journée, du fait de la réverbération intense. On peut se retrouver au petit matin avec 40 centimètres de neige fraiche, ou pris au piège d'un blizzard de plusieurs jours. Bien que la Combe Ouest soit surnommé la vallée du silence, on y entend les avalanches qui dévalent les flancs de l'Everest et du Nuptse.


www.guidexpe.com


http://photography.nationalgeographic.com

Le camp II se situe à 6400 mètres d'altitude. Pour l’atteindre, bien qu'il n'y ait pas de difficulté technique particulière, la marche est interminable : il faut en effet contourner de gigantesques crevasses qui zèbrent le glacier.

Les crevasses au-dessus du camp I.  27°59'3.47"N 86°52'48.66"E


Les crevasses au niveau du camp II (le camp II se situe dans la zone grise en bas à gauche).  27°58'32.82"N 86°54'9.42"E

Pour se faire une idée de la largeur des gouffres, j'ai laissé l'échelle.



Dernière édition par winnie le Mar 30 Déc 2014 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Face sud du Lhotse (mur du Lhotse)   Ven 11 Avr 2014 - 23:14

6. La face sud du Lhotse

On quitte la camp II après acclimatation. Ça veut dire qu'après être arrivé au camp II pour la première fois, on y a passé une nuit, puis on est redescendu au camp de base, puis on est remonté au camp II en une seule traite, ce qui paraissait tout à fait irréalisable la première fois qu'on a escaladé la cascade de glace du Khumbu et qu'on a craché ses poumons comme jamais, puis on a passé deux nuits au camp II, ce qui veut dire qu'on a passé une journée complète à ne rien faire à 6400 mètres et à se protéger d'un soleil implacable. Puis on est redescendu au camp I avant de remonter de nouveau au camp II. Cette-fois, on est d'attaque pour aller voir plus haut.



Cette fois-ci, on attaque les pentes de la face sud du Lhotse, qu'on appelle également le mur du Lhotse. Comme pour la cascade de glace du Khumbu, les sherpas équipent la face de cordes fixes.


www.guidexpe.com

Au milieu de cette pente, on trouve le camp III, situé aux alentours de 7200 mètres (en fait, la topographie des lieux oblige à étager le camp III entre 6900 et 7400 mètres d'altitude).  27°58'6.55"N 86°55'13.60"E

Camping sauvage au-dessus des séracs

www.mountainguides.com

Au-dessus du Camp III, on atteint deux difficultés techniques avant d'atteindre le col Sud et le camp IV :

1) la bande jaune (une veine de marbre à 7600 mètres d'altitude !) 27°58'3.30"N 86°55'25.24"E

Sur cette image, on voit la voie de montée en diagonale qui traverse la bande jaune.

Arrivée sur la bande jaune

www.mountainguides.com

2) l'éperon des genevois, zone mixte entre la bande jaune que l'on voit en bas et le col sud (camp IV)



www.mountainguides.com

Généralement, lorsqu'on arrive au camp III, on ne redescend plus. On passe une nuit, voire une journée complète au camp, puis on repart vers le camp IV et on tente l'assaut du sommet. Mais ça, ça dépend quand même beaucoup de la météo et des aléas nombreux (maladie, blessure, engelure...)


Dernière édition par winnie le Mar 30 Déc 2014 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Col Sud - Népal / Tibet   Ven 18 Avr 2014 - 16:18

7. Le col Sud (camp IV)

Le col Sud se situe entre l'Everest et le Lhotse. Il marque la frontière entre le Népal au sud et le Tibet (devenu chinois...) au nord.

Le col Sud, l'Everest, et à l'arrière plan, l'immensité du Tibet.  27°58'24.82"N 86°55'52.61"E


Le col Sud et l'Everest depuis l'éperon des genevois.

www.millet.fr

Le col Sud est l'un des campings les plus hautes du monde : on est à 7904 mètres, et c'est un endroit tellement venté que la neige n'adhère pas.

On est dans la zone de la mort, c'est-à-dire un endroit où il faut rester le moins possible. L'utilisation de bouteilles d'oxygène devient obligatoire pour le commun des mortels. Toutefois, l'apport d'oxygène s'apparente à se retrouver 1200 mètres d'altitude plus bas : une bonne acclimatation reste nécessaire.


Panorama depuis le camp IV

www.summitpost.org

Les nuits y sont particulièrement inconfortables, en raison de l'altitude, du vent, du froid, des maux de ventre et des problèmes de digestion... Ça fait un mois et demi que l'aventure a commencé, et on n'a pas nécessairement envie de s'éterniser là. On n'a pas fait tous ces efforts pour s'arrêter si près du but.

Demain à l'aube, c'est là qu'on va.

www.everestexpedition.co.uk


Dernière édition par winnie le Mar 30 Déc 2014 - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Everest, le Balcon, le Sommet Sud, le Ressaut Hillary, le sommet   Mar 30 Déc 2014 - 21:29

8. L’ascension finale

On a passé une mauvaise nuit, assoiffé, chahuté par un vent démoniaque, le masque à oxygène vissé sur le visage, on a pas fermé l’œil et on a attendu désespérément que le jour veuille bien se lever.

Plus que 900 mètres d'ascension, apothéose d'une longue course de fond.



Depuis le Col Sud, on ne voit pas encore le sommet. Le Sommet Sud, antécime de l'Everest, bouche la vue.

http://imgarcade.com

Vision complète du trajet

www.pinterest.com

Sur le papier, ça a l'air simple. Mais dans les faits, quelques pièges se succèdent.

Ainsi, entre le Col Sud où on a passé la dernière nuit et le Balcon, mieux vaut ne pas se tromper de couloir si on ne veut pas avoir à traverser des zones rocheuses verglacées.

Entre le Balcon et le Sommet Sud, l'arête peut se transformer en piège en cas de brouillard : quelques mètres trop à droite ou trop à gauche, et c'est la longue glissade définitive.

Juste au-dessus du Balcon.

www.mountainguides.com


A partir du Sommet Sud (8 751 m), ça devient plus aérien, et le vent est omniprésent.

Depuis le Sommet Sud, une vue du sommet et des dernières difficultés.

www.mountainguides.com


Le Sommet Sud vu du dessus.

http://www.panoramio.com/photo/18767876


Peu après le Sommet Sud, après une traversée dont la difficulté dépend de la force du vent, on atteint le Ressaut Hillary (8 760 m), une falaise verticale d'une douzaine de mètres, passage clé de l'ascension.

www.mountainguides.com

Puis ce sont les derniers mètres vers le sommet : 4 pas, une minute de repos, 4 nouveaux pas, une minute de repas...

Et c'est enfin l'heure de la photo historique. Deux sherpas d'altitude sur le toit du monde, 16 fois au sommet à eux deux ! Il ne faut pas se mentir : sans les sherpas, très rares seraient ceux qui arriveraient au sommet.

www.mountainguides.com

Mais le sommet n'est pas la fin du périple, loin s'en faut.
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: L'Everest, une monatgen sur-fréquentée   Sam 3 Jan 2015 - 15:58

9. Une montagne sur-fréquentée (la fin du rêve ?)

Lors des expéditions des années 50, 60, 70, les alpinistes étaient seuls dans une nature déchainée.

Aujourd'hui, l’Everest est un business qui attire les foules, et la solitude des grands espaces est un lointain souvenir.

L'écrivain et aquarelliste Samivel avait souligné il y a belle lurette la surfréquentation des sommets des Alpes.


www.montagne-cool.com

Son dessin s'applique désormais à l’Everest. A noter que de nombreux sommets de l'Himalaya sont peu courus, en particulier les sommets entre 6000 et 7000 mètres, où de nombreuses premières restent à réaliser.

Ci-dessous, quelques photos d'une triste réalité.

Le mur du Lhotse, au-dessus de 7000 mètres d'altitude (19 mai 2012)

www.parismatch.com


www.dailymail.co.uk

Le mur du Lhotse : jamais seul.

www.planetmountain.com


www.ledauphine.com


Passage clé à quelques dizaines de mètres du sommet, le Ressaut Hillary est un entonnoir où se créent d'interminables bouchons. Il n'est pas rare que des alpinistes poireautent 2 heures avant de pouvoir passer. Et tout ça à 8760 mètres d'altitude, dans le vent glacial. Le pire c'est qu'il faudra faire la queue une deuxième fois lors de la descente.


www.dailymail.co.uk


www.usaf7summits.com

Le Ressaut Hillary le 10 mai 1996 à 13 heures. Parmi les alpinistes présents sur ce cliché et en attente de passer, 8 ne redescendront pas.

www.mountainsoftravelphotos.com

Le Ressaut Hillary dans des conditions difficiles.

www.everestnews.com

Ces embouteillages successifs augmentent le temps passé à haute altitude, notamment dans la "zone de la mort".
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Globe-Surfeur "Or" (niv 6)
Globe-Surfeur
avatar

Masculin Nombre de messages 8555
Localisation .

MessageSujet: Re: L'ascension de l'Everest   Mer 7 Jan 2015 - 6:18

10. Le plus haut cimetière du monde.


A ce jour, plus de 250 personnes sont mortes sur les flancs de l'Everest. Les dernières victimes sont 16 sherpas, pris dans une avalanche le 18 avril 2014, alors qu'ils équipaient la voie.

Dans cette liste de victimes, on compte une majorité de sherpas. On y trouve également des alpinistes chevronnés, comme Gérard Devouassoux (guide de Chamonix), le néo-zélandais Rob Hall (6 sommets différents de plus de 8000 mètres), le snowboardeur français Marco Siffredi... Et on y trouve une longue liste d'anonymes, certains très expérimentés, d'autres beaucoup moins préparés.

Alors que dans les Alpes, les corps sont ramenés dans la vallée, en Himalaya, c'est beaucoup plus compliqué, et les corps sont laissés sur place, où il finissent momifiés.

Ce cadavre est surnommé "green boots". Il s'agit de l'indien Tsewang Paljor, mort lors de la tempête du 10 mai 1996 (évoquée >> ici <<). Il est resté sur place pendant plus de 15 ans, avant qu'une tempête encore plus violente que les autres ne le fasse disparaitre. Et pendant ce laps de temps, d'autres grimpeurs sont passé devant lui...

http://dead-body-everest.blogspot.fr

(D'autres photos pas très glamour en suivant le lien)

Que l'on meurt dans la "zone de la mort" (au-dessus de 8000 mètres) est dans l'ordre des choses. Mais le souci vient plutôt de la non-assistance de personne en danger. A ces altitudes, en cas de problème, il faut s'en sortir tout seul.

Ainsi, en 2006, l'anglais David Sharp, au plus mal, se réfugie dans la "grotte à green Boots", à quelques mètres du cadavre ci-dessus. Une quarantaine de grimpeurs passent à côté de lui, certains lui parlent, David Sharp essaie de communiquer. Mais il est abandonné à son triste sort à 8600 mètres d'altitude. Cette histoire a fait du bruit bien au-delà du milieu de l'alpinisme, et le manque d'étique des alpinistes a été pointé du doigt.


http://sometimes-interesting.com

Mais il y a aussi de belle histoires. Lincoln Hall, alpiniste australien, avait gravi l'Everest en 1984. Le 25 mai 2006, après avoir atteint le sommet pour la deuxième fois, il est au plus mal (mal aigu des montagnes, œdème cérébral). Un sherpa essaie de l'aider pendant plusieurs heures, mais redescend lorsque la nuit tombe. Hall est laissé pour mort à 8700 mètres. Il y passe la nuit. Le lendemain, l'expédition américaine menée par Daniel Mazur le trouve assis, sans oxygène, sans gants, tête nue. "Je suppose que vous êtres surpris de me trouver là". L'expédition abandonne son ascension pour lui porter secours, ce qui l'a sauvé.

Lincoln Hall et Dan Mazur à Katmandou

www.summitclimb.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ascension de l'Everest   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ascension de l'Everest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 
 
  
 
Sauter vers: